De quelle façon concevoir du vin de pêche à l’ancienne ?

AccueilVinDe quelle façon concevoir du vin de pêche à l'ancienne ?

Les boissons alcoolisées prises durant l’apéritif ou en accompagnement de plats sont souvent assez classiques, même si des options plus originales ou traditionnelles peuvent également donner un certain intérêt, notamment lorsque celles-ci apportent un goût habituellement peu présent. C’est le cas de certains cocktails, mais aussi du vin de pêche à l’ancienne qui a l’avantage d’être simple à réaliser et à décliner. Nous verrons dans l’article qui suit les propriétés de cette préparation, ses nombreuses variations, son processus de conception ainsi que les éléments nécessaires pour la mettre au point.

Description, composition et historique du vin de pêche à l’ancienne

Le vin de pêche est un type de boisson essentiellement apéritive qui se conçoit généralement via des feuilles de pêcher qui ont préalablement macéré dans le vin auquel on ajoutera du sucre et éventuellement de l’alcool. La recette de base qui est vraisemblablement originaire des Alpes du sud semble par ailleurs comporter en plus des feuilles, des amandes et d’autres variétés de fruits. L’autre méthode de conception du vin de pêche se fait cette fois-ci avec la macération des feuilles, mais aussi des pêches dans un mélange d’alcool et de vin où sera ajouté du sucre avec plus ou moins d’arômes.

Concernant la période de cueillette des feuilles et des pêches qui servent à préparer ce vin, il est globalement recommandé de s’y prendre entre le 22 juillet et la moitié du mois d’août, et ce, bien que l’opération puisse également avoir lieu jusqu’en septembre sans trop de variation sur le résultat.

Option au vin rouge

Pour un vin de pêche à partir d’une base de vin rouge, il faut prévoir 1 litre d’eau, entre 200 et 300 feuilles de pêcher, environ 800 g de sucre et 5 litres du vin choisi. Il est également possible d’accompagner la préparation avec des épices comme des bâtons de cannelle comme on peut le voir dans certaines recettes de vin chaud. Étant donné qu’il s’agit d’un type de vin plus corsé souvent servi pour se rafraîchir, l’utilisation de sucre de canne est conseillée pour sa préparation.

Variante au vin blanc

Dans la pure tradition, le vin de pêche à l’ancienne se fait exclusivement à partir d’un vin blanc, même s’il n’est pas rare aujourd’hui d’en trouver à base de rosé, notamment lorsqu’il est proposé en apéritif en été. Niveau préparation, la recette reste globalement la même que pour celle au vin rouge à l’exception du litre d’eau remplacé par de l’eau-de-vie et de l’ajout d’une gousse de vanille en plus de la cannelle et du reste des épices et des arômes. À noter qu’en termes de sucre, il est possible de doser selon ses préférences entre 800 g et 1,2 kg.

Étapes à suivre pour une recette standard de vin de pêche à l’ancienne

Commencez par choisir votre vin, entre le rouge, le blanc ou le rosé sachant que la méthode reste sensiblement la même. Prenez ensuite les feuilles de pêcher pour les laver abondamment puis faites-les sécher dans un tissu propre. Une fois sèches, déposez ces dernières dans un bocal hermétiquement fermé. Mettez ensuite le sucre, l’alcool puis le vin et laissez macérer le mélange de préférence dans un environnement sec durant 45 jours. Vous pourrez intégrer toute sorte de saveurs suivant le type de vin à l’image de :

  • clous de girofle ;
  • cannelle ;
  • citron ;
  • vanille ;
  • gingembre.

La consommation des bouteilles une fois celles-ci fermées débute à partir d’environ 6 semaines. Pouvant être conservé sans problème pendant plusieurs années, le vin de pêche fait partie des vins qui vieillissent le mieux.

Quels ustensiles et outils prévoir pour une recette de vin de pêche ?

Les différentes étapes de préparation d’un vin de pêche, notamment à l’ancienne, peuvent exiger de se procurer un certain nombre d’outils spécifiques en amont. Il faudra par exemple songer à se munir d’un bocal avec un couvercle étanche, d’un tamis, d’une ou de plusieurs bouteilles suivant la quantité que vous souhaitez produire, d’un torchon, d’une passoire ainsi que de bouchons de liège.